Articles Blog

Dan Leung on Falling In and Out of Love with Skating

Dan Leung on Falling In and Out of Love with Skating


Salut, c’est Taji, des bureaux de VICE
à Brooklyn, New York. Nos amis de VICE Chine
ont rencontré Dan Leung, un skateur pro de Shanghai,
pour un épisode de leur série Skater’s Diary. Restez à l’écoute. Quand j’étais petit,
j’étais le plus jeune des skateurs. Même ado, j’étais meilleur que les autres. Quand je faisais des tricks,
ils m’appelaient “Little Dick”. “Putain, il est doué
ce Little Dick.” Et je m’appelle Dan. Donc c’est devenu “Dick Dan.”
[Dan signifie « couilles » en chinois] Je m’appelle Dan Leung. Je vis à Shanghai. Il est mort. Combien ?
Combien, salope ? Putain ! Depuis combien de temps je skate ? 16 ans. Fuck le skate ! Ça fait longtemps que je skate. J’ai plus rien à dire. Si tu aimes ça, alors va skater. Si tu es doué, tu es doué. C’est comme tout. Si tu es à fond,
si tu veux apprendre, tu peux le faire, sûr et certain. Plus jeune, je voulais
faire un truc qui me plaît. Pas un truc qui me branche pas. J’ai toujours gardé ça en tête. Mon nom chinois est
Gao Wei Leung. Ma calligraphie n’est pas terrible. Vers 9 ou 10 ans,
en arrivant en Chine avec mes parents, je ne connaissais personne. Je vivais rue Hongmei. Je suis allé à Carrefour avec ma mère
et elle m’a acheté une planche. Je skatais en bas de chez moi. Je faisais que rouler,
j’y connaissais rien. J’avais jamais vu de vidéos, rien. Je skatais seul,
j’avais rien d’autre à faire. “Avenue and Son.” Shanghai. Bienvenue dans le ghetto. Je vais d’abord passer
à la boutique Taobao, voir ce qui s’y passe. Des livraisons. Je suis au bureau tous les jours
avec Stephen, Boss Xie, Jeremy Hu. Il y a beaucoup de passage. J’aimerais pouvoir
faire des trucs comme ça. Comme surélever les sols. Putain. On vient de trouver 1000 yuan par terre. Quand j’étais petit je rêvais de devenir skateur pro. Je regardais des vidéos. Des pros comme Eric Koston. J’ai commencé à penser à l’Amérique. À vivre à L.A.
devenir un vrai pro. Un skateshop a ouvert à Shanghai,
le Kinetix. J’y allais tous les jours
et je demandais au patron : “Quand est-ce que tu vas me sponsoriser ?”
en déconnant. Puis un jour, il m’a sponsorisé. Puis j’ai rencontré Raph et Qiu Li
à Hu Zhou lors d’un contest. Raph avait plusieurs planches. Pour rigoler, je lui ai dit
de m’en donner une. Après le skateshop, c’est People’s Skateboards
qui m’a sponsorisé. Ok, je vais essayer un FS 5-0. Je risque de me foirer. Nosegrind revert. Half cab flip. C’est notre Love Park, version Shanghai. Tout le monde se retrouve ici. Si tu te réveilles
et que tu veux faire du skate, pas besoin d’appeler qui que ce soit. Tu viens au LP,
et tu vas trouver du monde qui skate. Sûr à 100%. Là-bas… Ils l’ont enlevé, mais avant,
il y avait une espèce de grand cercle. On peux le voir sur les vieilles vidéos. Trois marches qu’on pouvait utiliser
pour faire un manual ou comme ledge. C’était un peu long. Et c’était comme en marbre.
Ouais, c’était du marbre. Et voilà un triple set. Je n’ai jamais été
au Love Park en Amérique, mais je connais des gens
qui y sont allés. Ils ont tous dit
que c’était vraiment ressemblant. Tous les amis s’y retrouvent. Nouveau trick. Je crois qu’on va tourner ça
avec Chris ce soir. Ça avait l’air cool. Ça va gros ? Tranquille, mec.
Tranquille. À l’époque, les skateurs
n’avaient pas trop d’opportunités. Tu pouvais être skateur pro
mais c’était un peu la merde. Tu vois, il n’y avait pas de grosses compagnies,
c’était très local. C’était simple. Ils faisaient de toi un pro. Comme on était tous potes, pas de contrat,
pas d’argent non plus. Donne-moi deux planches et c’est bon. On va réessayer. Oh mon Dieu. Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ? J’arrive pas à faire
un simple trick de flat. Ça tape en plein dans le téton. C’est peut-être
parce que je suis plus vieux, mais je pense plus à d’autres trucs. Aux femmes et compagnie. J’ai lâché le skate
pendant environ 3 ans. Je suis rentré à Guangzhou
parce que mes parents habitent là-bas. Ils m’ont trouvé un boulot dans une école. J’ai travaillé pendant 9 mois. De 9 à 17 heures. C’est la première fois
que je travaillais comme ça. J’ai économisé un peu
et je suis parti aux Philippines. J’y ai passé 3 ou 4 mois. Je devenais fou. Je passais mes journées chez moi
à faire de la musique. Je sortais jamais. Parce que je connaissais personne là-bas. Quand je faisais de la musique
ou que je glandais, j’avais envie de faire un kickflip. Vraiment tout le temps. Je ne pouvais plus rester aux Philippines et je ne voulais pas
retourner à Guangzhou. Alors je suis revenu à Pékin. En rentrant, j’ai eu le sentiment qu’il ne me restait
rien d’autre que le skate. Au moins, j’étais heureux. En faisant du skate. Comment as-tu rencontré Dan ? Grâce à la compagnie. Par le biais de Qiu Li. On sortait tous ensemble.
Même si je ne skate pas. À l’époque,
Dan faisait des beats. Il avait emprunté un MPC de Soulspeak
et commençait à faire des beats. Beaucoup de beats. J’ai enregistré des morceaux de Wei Jia
en utilisant ses beats. Je crois qu’il veut trouver un truc qu’il aime faire
en dehors du skate pour voir s’il peut être
aussi bon que dans le skate. Je peux apprendre beaucoup de lui
et il peut apprendre un peu de moi, alors allons-y. Beaucoup de musiques que j’adore
sont sur des vidéos de skate. J’adore la musique, mais j’en écoute pas pendant que je skate. Parce que j’aime entendre
le son de la planche. Je crois que Shanghai
est le L.A. chinois. C’est pour ça que
je suis revenu à Shanghai. Pour pouvoir devenir un skateur pro, Shanghai était sans doute le meilleur endroit où aller. Parce que toutes les compagnies sont ici. Mes amis sont ici. C’est motivant, tu comprends. C’est une belle journée,
il y a du monde sur un nouveau spot. D’habitude, il n’y a pas
autant de monde ici. Les nouveaux spots n’attirent pas
autant de monde parce qu’il n’y a pas de garantie. Et quand tu es là, tu risques
de te faire jeter par la sécurité. Ça peut arriver. Aujourd’hui, c’est cool.
Tout le monde est là. Ça roule. Pas de sécurité. Nouveau spot, nouveau ledge. C’est cool. Super. Derrière moi, il y a différentes personnes. Des gens viennent du monde entier. Les skateurs pros chinois
sont vraiment bons aujourd’hui. Certains sont très bons. Beaucoup de compagnies sont déjà là.
On peut tous partir en tournée. C’était mon rêve de gosse. Mais en Chine, il y a
pas mal de skateurs. Ils ont toujours été là. Ça ne change pas. De nouveaux skateurs arrivent,
mais c’est pas assez. Pourquoi y avait-il
plus de skateurs avant ? C’est vraiment bizarre. Notre génération ne peut pas
être la dernière, pas vrai ? Participer aux contests, c’est inutile. Je crois que certains
viennent juste pour l’argent. Mais on ne peut pas
compter uniquement sur les contests. Si tu fais toujours des contests, tu crois que des nouveaux
peuvent émerger ? Je crois que faire une vidéo est plus important que les contests.
En plus, c’est intéressant. C’est comme ça aux États-Unis. Tu regardes une vidéo
et tu vois ce qu’ils ont fait sur un spot. Tous les gamins veulent aller
sur ce spot et faire de meilleurs tricks. Mieux que les pros. Si tu es meilleur, tu peux être un pro. Ils réfléchissent comme ça. Ici, les gens ne le voient pas comme ça. Donc le plus important,
c’est de faire des vidéos. C’est mon avis. On pouvait avoir ce sentiment
à Pékin il y a 10 ans. Ouais, je pensais la même chose. Avant, Pékin était comme ça. C’est pour ça que Shanghai est géniale. On peut encore ressentir ça. Si tu cherches ce sentiment,
tu peux le trouver ici. Vraiment. C’est pour ça qu’on fait du MIC. On peut devenir
Transworld ou Thrasher. On peut emmener différents skateurs
dans une ville, et faire une tournée,
filmer une vidéo. Peu importe
pour qui ils roulent. Sérieux, on s’en fout. Les skateurs du monde entier
sont amis. Je suis allé à Barcelone, sur un célèbre spot local, le Macba. J’y suis allé tout seul, et en partant, je m’étais fait
une dizaine de nouveaux amis. Le skate n’est pas un sport,
c’est une culture. C’est notre culture. On n’a rien d’autre. Sérieusement. J’ai commencé le skate
en arrivant en Chine. Ma vie a commencé
avec le skate. Le truc, c’est que je continue. Je continue de skater. Et à chaque fois, c’est comme avant. C’est toujours cool. Tu te sens bien. Parce que tu sais
que tu fais ce que tu veux. Tu comprends. C’est notre boulot. Et c’est le boulot qu’on aime. C’est vraiment… une chance. [TRADUCTION : STEPHEN SANCHEZ]

100 thoughts on “Dan Leung on Falling In and Out of Love with Skating”

  1. VICE went to Shanghai to meet the Chinese pro skater who tore it up for more than a decade before taking a three-year hiatus.

    WATCH NEXT: Exploring China's Skate Scene with Wang Huifeng – http://bit.ly/2oZ239x

  2. Im not even good at skateboarding, but this makes me want to move out there and start ripping with these dudes..

  3. that was dope, please keep doing pieces on skateboarding from around the world vice…like all fascets, get some superstar contest guys on here etc. This guy is little jaded but still a skate rat at heart.

  4. This made me miss skateboarding even more than I already do. I loved the days spent with homies skating spot to spot, and the random people we'd see and who'd watch us. Then showing off our skills when girls were around lol.

  5. Man there is some shitty people in the comments. Even on a video about skateboarding, people gotta talk shit (and it's more than just trolling.)

  6. Falling in and out of love with skateboarding… Tell me about it. I never did, I fell out of time. Skating takes time, practice, dedication. Without that you become rusty. Losing strength in your legs is the biggest thing I've found. A 18 inch high kickflip was a walk in the park. Now I put every ounce of effort into getting that board 6 inches off the ground. God I miss my youth. I miss skateboarding.

  7. I just started skating again and fuck are my legs soar. A few days ago I couldn't even lift my shoe up high enough to tie it– and I had been running or hitting the elliptical every day! Anyway I am going to keep skating at least once a week because nothing else makes me as happy.

  8. Dude at the beginning taji, Is a little bitch. Vice has the worst fuckin hosts. A bunch of hipster cocksuckers.

  9. What he said in the video on how in the states everyone looks at a skate spot a pro or anyone took a video at etc….. they want to do better tricks out do the pros….. What he might not know is that we think this way because the school systems in America are in a way forcing the new generations and even old generations to compete…… to have competition not collaboration…. None the less great video great skating making me want to pick up my old board and go ride… 🙂

  10. Nothing beat skating with the homies from sun up to sun down with no worries except pushing. Those were the days.

  11. China always seem to be a few million steps behind the world. Skateboarding is such a late 90's thing.

  12. I found this dull. These are worn out views we skaters have all heard a million times. Where is Richie Jackson when you need him? Either get a crazy ripper or someone who has a unique personality; preferably both.

  13. Skaters are family. That's the way I see it. I could be in my home city, Paris, Barcelona, Berlin, San Fran, anywhere and if I see anyone skating I'll give them props for doing what they love. I'm proud to belong to that family. One that has no divide. It doesn't matter where you come from, what colour your skin is, what sexual oreintation you are, you're a skater. That unity and level of respect shown across the skating community is something that will never fail to make me smile. Keep skating, much love.

  14. Oh wow this is boring, like whats the f-ucking story, dude if you are going to make a doco about skateboarding make it interesting or make a skateboard film, you have made something that is neither, the story is there but you have done a crap job of telling, could I do better? buy me a plane ticket to China and hell yeah, its unwatchable

  15. This has to be one of the most impactful documentaries I have ever seen. Really shows you to just follow your dreams and have fun. <3

  16. This makes me miss the old days when i used to have 8 hour skate sessions, the amount of good people i met through skateboarding is amazing. I took up skateboarding when I had nothing else, and without skateboarding in my life I couldn’t imagine where I would be, I started when I was 14, I’m now 27 and have stopped skating for 4 years, have a beautiful wife and wonderful daughter.. I need to get back on the board

  17. 这个滑板视频拍得非常好! 看不停啊,好想一直看,想知道更多关于中国滑板的东西! 我是中国人却不知道中国滑板的一些人和故事,因为我住在纽约,我只知道美国的滑板故事。 希望vice去拍更多滑板视频!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *